< Précédent

Protégeons les hirondelles de fenêtre

De tous les oiseaux qui fréquentent nos faubourgs, l’hirondelle de fenêtre est l’un des plus attachants. On l’associe toujours à la douceur du printemps. La croyance populaire lui prête même de porter bonheur à celui qui respecte son nid ...

 

De tous les oiseaux qui fréquentent nos faubourgs, l’hirondelle de fenêtre est l’un des plus attachants. On l’associe toujours à la douceur du printemps. La croyance populaire lui prête même de porter bonheur à celui qui respecte son nid. Notre commune a donc décidé de se joindre à l’action du Groupe de Travail Hirondelles d’Aves-Natagora (GTH) en faveur de ces sympathiques oiseaux.

L’Hirondelle de fenêtre
L'hirondelle de fenêtre a le dos noir et le ventre blanc. Elégante, elle possède une queue assez courte et fourchue. Elle se différencie de l’hirondelle rustique et du martinet noir par à la tache blanche de son croupion (le bas de son dos). C’est la plus citadine de nos hirondelles. C’est elle qui se maçonne un nid en pisé sous les corniches et les balcons des bâtiments.

Un migrateur aux longs cours
L’Hirondelle de fenêtre est un fabuleux migrateur. Elle ne séjourne chez nous que d’avril à septembre. Le reste de l’année, elle vit Afrique, au-delà du Sahara. Chaque saison, l’hirondelle parcourt ainsi plus de 6.000 kilomètres entre ses deux patries.

Les menaces
De multiples dangers guettent les hirondelles tout au long de leur existence. La traversée du Sahara et de la Méditerranée ne sont pas des moindres.
Dès leur retour en Europe un autre danger les guette: les insecticides qui détruisent leur nourriture constituée uniquement d’insectes. Lutter écologiquement contre les pucerons de son jardin, est déjà une manière très efficace de protéger les hirondelles. Mais la principale cause du déclin des hirondelles est la destruction de leurs nids. En effet les jeunes hirondelles ont la mauvaise habitude d’expulser leurs fientes hors du nid souillant ainsi façades et trottoirs. De nombreuses personnes mal informées optent alors pour une solution aussi radicale qu’illégale en détruisant les nids.

Les planchettes de protection.
La solution au souci des « petites crottes » est pourtant très simple : il suffit de fixer, 50 cm en dessous du nid des hirondelles, une planchette qui recueillera les petites crottes.
Le schéma ci-contre explique clairement comment placer la planchette. Il est conseillé de laisser un bon centimètre entre la planchette et le mur. Ceci afin d’éviter la construction de nouveaux nids sous la planchette.

De la boue en suffisance.
Les hirondelles ont besoin de boue pour maçonner leur nid. En cas de sécheresse, la construction des nids peut-être fortement retardée, voire totalement empêchée. Ce problème est encore plus aigu en zone urbanisée. La solution : installer un « bac à boue ». Un simple cadre en bois, recouvert d’une bâche imperméable sur laquelle on mélangera de la terre argileuse à de l’eau. On veillera à placer le bac à boue dans un endroit bien dégagé (pour éviter la prédation par les chats). Et il ne faudra pas oublier d’y rajouter régulièrement de l’eau.

Que faire en cas de travaux de peinture sur une façade colonisée par des hirondelles ?
De tels travaux peuvent être fatals pour une colonie d’hirondelle. Voici quelques conseils pour éviter le pire :
-    Réaliser les travaux en dehors de la période de nidification qui s’étend d’avril à septembre.
-    Eviter une peinture trop lisse qui empêcherait les nouveaux nids de bien adhérer.
-    Veiller à ne pas enlever les nids pour inciter les hirondelles à se réinstaller à leur retour.
-    Si des nids sont malgré tout détruits (ce qui est en principe interdit par la Loi), placer quelques nids artificiels facilitera la recolonisation par les hirondelles.

Mais ce peut être aussi une bonne occasion pour placer des planchettes de protection sous les nids.

Puis-je attirer des hirondelles pour nicher chez moi en plaçant des nids artificiels ?
La réponse est oui …mais. En fait, placer des nids artificiels sous sa corniche n’est jamais une garantie d’attirer des hirondelles. Le succès semble dépendre de 3 paramètres principaux :
-    il faut qu’il y ait déjà des hirondelles de fenêtre nichant à moins de 4 ou 500 mètres de chez vous.
-    il faut placer les nids à minimum 4 mètres de hauteur sous un débordement d’au moins 35 à 40 cm.
-    l’espace devant le nid doit  être bien dégagé : surtout pas d’arbre – pas de plante grimpante sur la façade.

Si ces trois conditions sont réunies, nous vous invitons à tenter la chance chez vous. Des nids artificiels testés et approuvés par le GTH sont en vente à la Boutique Verte en ligne d’Aves-Natagora : www.natagora.org/boutique-verte .S’il n’y a pas de nids d’hirondelles dans le quartier, il existe une technique moderne : diffuser le chant des hirondelles pour les attirer. Info: www.aves.be  

Sécurité avant tout !
Accrocher planchette ou nichoirs, perché en haut d’une échelle, ne s’improvise pas. L’amour des hirondelles ne doit pas vous inciter à prendre des risques inutiles. En cas de besoin, faites-vous aider par des professionnels.

Le GT Hirondelles d’Aves-Natagora
Le GTH (Groupe de Travail  Hirondelles d’Aves-Natagora) s’est fixé pour objectif de la protection des hirondelles partout en Belgique francophone.
Envoyez-leur toutes vos questions  à propos des hirondelles, par email à l’adresse : hirondelles@aves.be . Vous recevrez une réponse dans les 48 heures. C’est promis !

Description auteur: 

< Précédent