< Précédent

Un jardin 'Nature admise' (Partie 1)

Chaque jour, des espèces disparaissent de la surface de la Terre et d’autres sont fortement menacées. Dans une Région urbanisée comme Bruxelles, la biodiversité est soumise à de fortes pressions. Nos jardins, balcons, terrasses, façades, toitures sont des éléments du maillage vert dans la ville : ils peuvent servir d’abri et de relais à la faune et la flore, et donc participer à défendre la nature en ville.

Laisser une place à la nature spontanée. Laisser la nature agir, ce n’est pas se retrouver avec un jardin « forêt vierge ». Au contraire : c’est une occasion de redécouvrir des plantes méconnues et superbes ! Il est possible de faire harmonieusement cohabiter un coin nature et un espace plus aménagé.

1) Privilégiez la végétation par rapport à des revêtements durs
Aux abords de votre maison, préférez des haies, plates-bandes ou parterres fleuris favorisant la pénétration de l’eau dans le sol en cas de fortes pluies, aux chapes bétonnées et cours pavées.

2)/ Gardez des recoins pour la faune…
Si vous aimez profiter d’un espace vert plus contrôlé aux abords de la maison, laissez un milieu sauvage se développer dans une partie plus reculée ou moins accessible du jardin. Orties, ronces, fleurs sauvages y accueilleront de nombreuses espèces de papillons et d’autres insectes. Dans la mesure du possible, installez une haie d’espèces indigènes (aubépine, charme, ..). Un tas de feuilles mortes, un paillis, quelques bûches ou une souche abriteront le hérisson, le rouge-gorge, des champignons, mousses et insectes qui participent à la fabrication de l’humus.

3) …ou construisez des abris artificiels
Trous dans des murs, troncs creux d’un vieil arbre, encoignures de tout ordre feront le bonheur de chauves-souris et d’oiseaux adaptés à l’habitat humain (moineaux, mésanges, etc.). Mais les cavités naturelles sont parfois rares. Dans ce cas, rien ne vous empêche de construire des nichoirs et de les suspendre à au moins 2,50 m du sol (à distance des prédateurs). Dès lors que vos hôtes auront pris possession de ces refuges, il ne faudra plus les déranger…

4) Préservez et restaurez des habitats naturels pour les animaux
Bosquets, arbustes, haies offrent nectar, fruits, graines et abris à beaucoup d’animaux. Favorisez un mélange d’espèces indigènes aux couleurs changeantes en fonction des saisons… Un plaisir pour les yeux et pour les animaux. Privilégiez des espèces végétales de chez nous comme le noisetier, l’aubépine, le charme ou l’érable champêtre.

5) Transformez une partie de la pelouse en prairie fleurie
Si la surface de votre jardin le permet, et si celui-ci est bien ensoleillé, laissez-y s’exprimer une prairie «sauvage» où fleurs et plantes indigènes pousseront spontanément. Ce type d’espace demande moins d’entretien, et son esthétique s’intègre parfaitement au milieu citadin. Plus le terrain est pauvre, plus la prairie fleurie sera riche en espèces. Evitez d’acheter des mélanges de semences pour prairies tout prêts, ils sont rarement adaptés au terrain. Soyez surtout patient, la diversité s’installera d’année en année si vous conservez un rythme de fauche constant. Avec deux fauches par an (juin et septembre), les plantes de ce « pré fleuri » auront le temps de produire graines et fruits et d’attirer de nombreux papillons et autres insectes butineurs.

6) Aménagez un monticule de pierres
Dans un coin du jardin, un muret ou un monticule de pierres représente un biotope (milieu de vie des animaux et végétaux) miniature. Grâce à ses interstices, il donne abri à des animaux comme les crapauds, musaraignes, insectes. Des mousses,
fougères et autres petites plantes (sedum) y apparaîtront progressivement.

7) Nourrissez les oiseaux par grand froid
En nos régions tempérées, les oiseaux trouvent la plupart du temps une nourriture variée dans nos parcs et jardins. Mais lors d’hivers rigoureux, graines et fruits secs feront leur bonheur, dans une mangeoire avec un toit. Il faut en effet éviter que la nourriture ne s’humidifie et pourrisse. N’oubliez pas l’eau (été comme hiver), dans un récipient peu profond et changez-la régulièrement par temps de gel. Veillez à ce que le récipient soit hors de portée des chats.

8) Installez une mare naturelle
Si la place et l’ensoleillement de votre jardin le permettent, une mare naturelle, à l’écart des grands arbres, attirera libellules et autres insectes. Peut être aussi des batraciens si elle est bien ensoleillée, entourée de berges en pente douce garnies de plantes de marais et dépourvue de poissons, tortues ou canards. Une zone d’une profondeur d’au moins 1 mètre est également nécessaire. N’y introduisez aucun animal (ils viendront spontanément), mais bien un petit nombre de plantes indigènes aquatiques et de milieux humides. Régulez les populations d’algues si elles prolifèrent.

Texte et conseils de Bruxelles Environnement

Auteur: 
Bruxelles Environnement
Description auteur: 

< Précédent