< Précédent

La lavande, un parfum de vacances

Qui dit lavande, pense Provence. Appréciée pour ses fleurs parfumées et pour son feuillage gris qui forme un joli coussin, on l’installe au bord de la terrasse, au pied d’un escalier, sur un talus ou pour composer une bordure le long d’un sentier.

 

Qui dit lavande, pense Provence. Appréciée pour ses fleurs parfumées et pour son feuillage gris qui forme un joli coussin, on l’installe au bord de la terrasse, au pied d’un escalier, sur un talus ou pour composer une bordure le long d’un sentier.

On trouve les lavandes dans toutes les jardineries, malheureusement, elles ne sont pas toujours correctement identifiées. On ne sait également pas où les classer: parmi les arbrisseaux, les plantes vivaces ou les plantes aromatiques ? Peu importe, on les adore et on ne saurait pas s’en passer.

La première à fleurir, dès le mois d’avril, est la lavande papillon, Lavandula stoechas. On la reconnaît à ses gros épis violets sommés d’un toupet ébouriffé. Comme elle est frileuse et sensible au gel, on l’utilise chez nous comme une plante annuelle. Pour garnir son jardin, il faut choisir la vraie lavande, Lavandula angustifolia. Selon les variétés, certaines ont une silhouette plus élancée ou plus trapues, avec une période de floraison qui s’étale de juin à septembre et des épis bleu foncé, lilas, violet ou même blanc ou rose tendre.

La lavande est une plante ligneuse qui conserve son feuillage vert gris argenté en hiver. Comme elle est généralement cultivée en conteneur, on peut la planter toute l’année. On installe la lavande en plein soleil, dans un sol bien drainé, sableux ou caillouteux car la plante redoute un excès d’humidité. Son port compact peut atteindre 1 mètre de haut en l’absence de taille mais la plante aura alors un port ouvert et ébouriffé. La taille annuelle est donc indispensable pour conserver un port régulier. Cela évite que la lavande ne «monte en vieux bois», car il est alors trop tard pour la récupérer. La taille se fait généralement après la floraison, dès la fin juillet jusque fin septembre, en rabattant les rameaux d’un tiers. Certains se contentent de couper en septembre les épis fanés et c’est fin mars qu’ils font une taille sévère du feuillage. Quoiqu’il en soit, on ne taille jamais jusqu’au vieux bois. Il faut toujours qu’il reste sur la base de la plante des petites brindilles grises qui serviront de «tire-sève». La taille rajeunit l’arbrisseau car elle encourage les rameaux à produire de nouvelles pousses. Une lavande bien taillée peut former un beau coussin de plus d’un mètre de circonférence et elle peut vivre plus d’une dizaine d’années.

Les fleurs odorantes produisent en quantité un nectar très attractif pour les abeilles et les insectes pollinisateurs. Dans le jardin, la lavande éloigne les pucerons des roses et d’autres plantes. Dans la maison, une corbeille de lavande chasse les moustiques. On cueille des bouquets de fleurs qui, une fois secs et mis en sachets, parfument divinement le linge dans les armoires.

 

Auteur: 
Agnès Speeckaert pour Magie des Jardins
Description auteur: 

Agnès  Speeckaert est journaliste et photographe, spécialisée dans le jardinage et les reportages de jardins. Dans sa famille, le jardinage s'est transmis de mère en fille. C'est pour aider ses copines à arranger leur jardin qu'Agnès a suivi des études d'horticulture et de paysagisme à Gembloux. Elle est aujourd'hui devenue la spécialiste du jardinage dans de nombreux magazines !


< Précédent