< Précédent

Tressez l'osier vivant

L’osier vivant plie mais ne rompt pas. De plus en plus en vogue dans les jardins, il se plie à toutes vos envies. Prêt à toutes les extravagances, il dessine des haies graphiques, des gloriettes ou des igloos amusants et faciles à réaliser  ...

 

L’osier vivant plie mais ne rompt pas. De plus en plus en vogue dans les jardins, il se plie à toutes vos envies. Prêt à toutes les extravagances, il dessine des haies graphiques, des gloriettes ou des igloos amusants et faciles à réaliser.

Léger, souple et d’une surprenante vitalité, l’osier est le matériau le plus poétique que la nature ait inventé. L’osier est le nom donné à une jeune pousse de saule. Il se récolte sur le saule blanc commun (Salix alba), doré (S. alba vitellina), pourpre (S. purpurea), brun olive (S. triandria) ou vert (S. viminalis). L’osiériculteur récolte chaque hiver de jeunes pousses qui peuvent atteindre trois mètres de longueur en une saison. Pour les conserver, on les lie en bottes et on les installe à l’ombre dans quelques centimètres d’eau où ils commencent déjà à former des racines. Plantés en terre sous la forme de fraîches boutures, ces bâtons s’enracinent et se couvrent de feuilles, formant une clôture vivante, une haie tressée ou une cabane d’enfant. C’est magique !

Plantation, mode d’emploi
Le plus simple, c’est de récolter au mois de mars la coupe des tiges souples des saules têtards qui poussent le long de nos rivières. Les branches sont affûtées en biseau dans leur partie inférieure puis plantées dans un sol riche et humide à 20cm de profondeur, tous les 15cm alignés dans une petite rigole. On peut les grouper par deux, trois ou cinq brins qui sont courbés, tressés et liés avec du raphia. S’ils sont bien arrosés, les pieds s’enracinent en quelques semaines et deviennent de plus en plus épais et solides au fil des années.

Un peu de fantaisie
- Treillage en losange: on forme deux rangs obliques en sens inverse, un vers la droite, l’autre vers la gauche. Les branches sont tressées au fur et à mesure de façon à former des mailles ajourées.
- Gloriette et berceau: de longs rameaux sont repiqués puis recourbés en arc et mis en forme à l’aide d’une structure en fil de fer ou en gaulettes de châtaignier. On peut aussi les entrecroiser en losange pour former un berceau recouvert de verdure.
- Tronc torsadé: six rameaux pris deux à deux sont tressés comme la tresse d’une coiffure. On maintient la tresse sur un tuteur en bambou avec des liens en raphia. Au fil des ans, les brins finissent par se souder entre eux.

Une taille régulière
Quelques coups de sécateur à la fin de l’hiver permettent de garder lisible le dessin d’origine. On effectue la coupe au ras des tiges principales. Durant toute la belle saison, les jeunes pousses sont raccourcies au taille-haie à 15cm afin de donner de l’épaisseur à la haie. Si vous ne taillez pas, la haie a tendance à se dégarnir du pied et à produire au sommet une végétation aussi anarchique qu’exubérante.

Où trouver de l’osier ?
De Vos Salix, Eksaarde-Dorp 19 à 9160 Eksaarde (Lokeren). Tél. 09 346 80 40. www.devossalix.be .

Agnès.

Auteur: 
Agnès Speeckaert
Description auteur: 

Agnès Speeckaert est journaliste et photographe, spécialisée dans le jardinage et les reportages de jardins. Dans sa famille, le jardinage s'est transmis de mère en fille. C'est pour aider ses copines à arranger leur jardin qu'Agnès a suivi des études d'horticulture et de paysagisme à Gembloux. Elle est aujourd'hui devenue la spécialiste du jardinage dans de nombreux magazines !


< Précédent