< Précédent

Un jardin pour les abeilles

Entendre bourdonner son jardin, voir butiner les abeilles… le jardin de fleurs fait rimer ...

 

Entendre bourdonner son jardin, voir butiner les abeilles… le jardin de fleurs fait rimer esthétique et écologie. Belle occasion de privilégier les plantes mellifères dans son jardin.

Apparue sur la Terre il y a 80 millions d’années, l’abeille mellifère est un maillon indispensable à la survie de notre planète. Outre la production de miel et autres produits dérivés de la ruche, les abeilles jouent un rôle primordial dans la pollinisation des plantes. Pratiquement, quatre plantes sur cinq sont fécondées par les insectes. Sans abeilles pour polliniser les fleurs, pas de pommes sur les pommiers, pas de cerises sur les cerisiers…

Les plantes mellifères
En fleurs de mars à septembre, les plantes mellifères produisent du nectar ou du pollen. Le nectar est une espèce de jus sucré que les abeilles récoltent pour produire le miel. Le pollen, qui ressemble à une poudre orangée, jaune ou noire selon les fleurs, est consommé par les abeilles comme source de protéine, uniquement pour élever leurs jeunes. Certaines plantes, principalement les plantes indigènes, sont très attractives pour les abeilles parce qu’elles donnent les deux en quantité ou l’un des deux. Chacun peut, à sa petite échelle, améliorer l’environnement des abeilles.

Arbres et arbustes indigènes
Une haie non taillée peut rassembler de nombreuses plantes mellifères: saule, aubépine, fusain, prunellier, églantier, cornouiller, sureau, robinier, noisetier. Les arbres fruitiers, cerisiers et pommiers en tête, sont évidemment aussi très mellifères puisqu’ils donnent beaucoup de fleurs. Sans oublier la vigne vierge, le tilleul et le robinier faux acacia qui donnent un miel merveilleusement parfumé. La ronce, la mûre et tous les arbustes à petits fruits sont une aubaine pour les abeilles, tout comme le lierre qui offre à la fin de l’été une source de nourriture précieuse aux insectes.

Les fleurs des champs
Dans la prairie fleurie, privilégiez les fleurs indigènes comme la centaurée et le géranium de prés. Dans les massifs du jardin, préférez les espèces à fleurs simples, car les variétés horticoles à fleurs doubles ne fournissent ni pollen ni nectar. Au printemps fleuriront les aubretia, arabis corbeille d’argent, giroflée, monnaie du pape, ancolie et campanule. En été, les chardon, panicaut, helianthemum, nepeta, bourrache, lupin, cardère, sauge et marguerite. Pour l’automne, l’aster, la persicaire amplexicaule et la bruyère commune permettent aux colonies qui passent l’hiver en hibernation dans la ruche d’avoir assez de réserves de pollen.

 

Auteur: 
Agnès Speeckaert pour Magie des jardins
Description auteur: 

Agnès Speeckaert est journaliste et photographe, spécialisée dans le jardinage et les reportages de jardins. Dans sa famille, le jardinage s'est transmis de mère en fille. C'est pour aider ses copines à arranger leur jardin qu'Agnès a suivi des études d'horticulture et de paysagisme à Gembloux. Elle est aujourd'hui devenue la spécialiste du jardinage dans de nombreux magazines !


< Précédent