< Précédent

L’or des feuilles mortes du jardin

Que faites-vous de vos feuilles mortes du jardin ?  Si vous les stockez, elles représenteront un capital humus à ne pas négliger et pourront aussi servir à …

 

 

Que faites-vous de vos feuilles mortes du jardin ? Si vous les stockez, elles représenteront un capital humus à ne pas négliger et pourront aussi servir à la protection contre le froid.

Bien des jardiniers ramassent les feuilles mortes et les brûlent ou les enfouissent dans le sol de leurs massifs. Dans le premier cas, c’est un fameux gaspillage car les feuilles donnent toutes de l’humus précieux pour le jardin. Dans le second cas, c’est une erreur car leur décomposition dans le sol va entraîner un déficit en azote et une augmentation de l’acidité. Elles risquent également de constituer un matelas gênant pour la pénétration des racines. Les feuilles mortes sont une source précieuse pour faire son propre terreau ou pour le compost, en alternance avec l’herbe de tonte, riche en azote. Soyez prévoyants et stockez-en un grand tas pendant l’hiver pour en disposer suffisamment au moment où ils manquent le plus, au printemps ou en été. S’il est entouré de bûches de bois, le tas de feuilles mortes peut servir de refuge aux hérissons et autres hôtes du jardin. Les feuilles mortes conviennent aussi comme mulching dans les massifs de buissons de terre de bruyère. Disposées en une épaisse couverture, elles protègent le pied des buissons gélifs et permet de prolonger la vie des légumes au potager au début de l’hiver. On utilise également les feuilles mortes au début du printemps pour chauffer des couches de semis, avec un mélange de fumier de cheval, de la sciure de bois très fine et de la paille hachée. Le tout est disposé dans un coffre de châssis, à une profondeur de 30cm et bien arrosé, puis on le recouvre de terreau destiné à recevoir les semis. La chaleur produite persistera dans la terre pendant un bon mois.

Tilleul, chêne, hêtre & Cie
Pratiquement toutes les feuilles du jardin peuvent être rassemblées. Les feuilles tendres des marronnier, peuplier, châtaignier, catalpa, tilleul, aulne et frêne se décomposent rapidement et donnent au printemps un très bon terreau de feuilles. Celles d’érable, chêne, hêtre et charme demandent un peu plus de temps pour se transformer en humus. Evitez de récolter les feuilles d’arbres fruitiers et des rosiers qui peuvent contenir des germes de maladies ou des oeufs de parasites.

Terreau de feuilles
Il faut un à deux ans pour faire du terreau de feuilles de qualité. Stockez vos feuilles dans un endroit à l’ombre mais où l’air circule. Il est préférable de faire un long tas rectangulaire de 80cm de largeur et de hauteur qui est facile à manipuler. L’air et l’eau pénètrent mieux. Pour accélérer la décomposition, vous pouvez y incorporer du fumier frais et un accélérateur de compost. Tous les trois mois, le tas est retourné, brassé et remis en place avec un nouvel arrosage. Vous reconnaîtrez que votre terreau est à point à sa teinte foncée et à sa texture souple et uniforme. Au bout d’un an, le terreau est nettement acide alors qu’au bout de deux ans, il devient neutre. Au delà, il devient alcalin.

Agnès

Auteur: 
Agnès Speeckaert
Description auteur: 

Agnès Speeckaert est journaliste et photographe, spécialisée dans le jardinage et les reportages de jardins. Dans sa famille, le jardinage s'est transmis de mère en fille. C'est pour aider ses copines à arranger leur jardin qu'Agnès a suivi des études d'horticulture et de paysagisme à Gembloux. Elle est aujourd'hui devenue la spécialiste du jardinage dans de nombreux magazines !


< Précédent