< Précédent

Cet automne, plantez des grimpantes

 

Un mur nu est rarement l'allié de la Nature. On peut pourtant facilement le rendre plus attractif en plantant à son pied une plante grimpante qui viendra l'embellir et fournir nourriture et refuge aux abeilles, insectes et oiseaux du voisinage. Ça tombe bien : l'automne est la saison idéale pour les planter ! Nous vous proposons de partir à la découverte de plusieurs espèces intéressantes pour la biodiversité, au travers d'une série de fiches dédiées.

D'une manière générale, un mur nu reste assez peu (voire pas du tout) accueillant pour la nature. Qu'il soit de façade, de pignon, ou de séparation entre deux jardins, on peut pourtant l'habiller de verdure, et fournir ainsi gîte et couvert à une foule d'insectes et d'oiseaux. Mieux encore, les plantes nous offrent des services non négligeables : elles aident à isoler la maison, elles rafraîchissent l'air surchauffé des villes et capturent une partie des polluants gazeux. Nous vous proposons ici plusieurs plantes grimpantes qui peuvent partir à la conquête des briques et du béton, tout en offrant de la nourriture aux abeilles ou aux oiseaux.

Les indigènes : à privilégier
De manière générale, on privilégiera les indigènes, bien adaptées à nos conditions climatiques et connues de notre faune. Elles sont généralement importantes pour une grande variété d'insectes et d'oiseaux, bien plus que les espèces exotiques.
Exemple: Lierre grimpant, Chèvrefeuilles, Clématite des haies, Liserons, Houblons

Les horticoles et exotiques : avec modération !
D'autres plantes peuvent également s'avérer à la fois belles et utiles. C'est le cas notamment de plusieurs variétés non-indigènes, venues parfois d'Europe, mais plus généralement d'Asie ou d'Amérique.
Exemple: Glycine, Hortensia grimpant, Bignone, Vigne de vin, Actinidia ou Kiwi, Clématites horticoles ou exotiques.

Les invasives : à ne pas acheter, ni planter
Certaines de ces plantes étrangères s'échappent malheureusement des jardins et envahissent la nature : ce sont les espèces invasives. Plusieurs plantes grimpantes couramment vendues en jardineries sont actuellement considérées comme telles : elles ont quitté jardins et parcs, où elles été introduites pour leurs qualités décoratives. Elles envahissent à présent les milieux naturels, généralement quand ceux-ci ont été dégradés par les activités humaines. Elles amplifient donc la menace qui pèse sur notre nature indigène, en prenant la place de nos plantes locales, qui sont d'autant plus désavantagées que les exotiques invasives ont peu ou pas de "prédateurs" dans nos régions.
Exemple: Vignes vierges, Renouées asiatiques

Texte apisbruocsella

Pour plus d'infos:  www.apisbruocsella.be

Protégeons ensemble notre nature et nos abeilles !!!
Soutenez-nous en devenant membre > Web: www.apisbruocsella.be


< Précédent